Le Forum du Trone de Fer Online


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Maison Tyrell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
chevalier apaspeur



Nombre de messages : 19
Age : 34
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 08/01/2013

MessageSujet: Maison Tyrell   Mar 22 Jan - 15:19

Des centaines de pétales de roses jaunes volaient au vent au dessus des berges de la Mander se mêlant à la quiétude de la cité. La promenade d’Olenna Tyrell se déroulait telle une parfaite routine, toujours accompagnée de ses deux fidèles gardes du corps Dextre et Senestre.
Elle avait appris quelques heures avant par un corbeau noir la mort du Roi Robert mais n’avait pas voulu pour autant changer ses habitudes. Lors de ses excursions elle aimait s’imprégner des milliers d’odeurs qu’émanaient les jardins de la cité. S’il y avait bien un sens toujours aussi développé chez Olenna Tyrell c’était son odorat. Elle avait connu bien nombre de guerres, de successions de rois depuis Aegon V et elle avait toujours senti l’air du changement. Et cette brise pourtant si douce qui caressait la peau d’Olenna annonçait dans son for intérieur, un air de troubles qui allait gagner tout le royaume de Westeros.
Lady Olenna s’était posée sur ce patio ombragé surmontant Hautjardin et son regard se perdait très loin mais on ne pouvait pas en dire autant de ses pensées. Elle réfléchissait à toute vitesse et se rappelait encore des propos si pertinents de la lettre de Stannis Barathéon, le frère de Robert qui s’était déjà proclamé roi :


Citation :
Chers Lords de Westeros,

J'ai fait envoyer des corbeaux aux quatres coins du pays. Certains sont déjà au courant le Roi Robert est mort dans de tragiques et soupçonneuses circonstances. Moi, Stannis Barathéon, vous propose de prendre le trône et ainsi succéder à mon noble frère.

Je mènerais l’enquête sur la mort de mon frère et promet e serais juste et équitable. Je ne vous demanderais comme unique faveur de rejoindre le culte de R'hllor. Je ferais envoyer dans vos territoires des prêtres rouges qui se chargeront de convertir vos peuples.

Lords, bon courage dans ces temps difficiles.

Fait dans la lumière du maître
Lord Stannis Barathéon

Déjà que Stannis n’était pas un homme très populaire dans le royaume, avec cette lettre, il le serait encore moins. Vouloir imposer la religion R’hllor et envoyer des prêtres rouges pour convertir tous les peuples du royaume…
Elle se demandait si Stannis n’avait pas perdu la tête. Après un roi qui penchait sur la boisson, allait lui succéder un roi bigot.
La Reine des Epines souriait en imaginant la tête des lions qui allaient rugir à la lecture cette lettre et n’en resterait certainement pas là. Elle se doutait déjà que Stannis ne serait pas le seul roi et que d’autres allaient se manifester pour revendiquer le trône de fer.
Même si elle trouvait les propos idiots du roi Stannis, elle devait le garder pour elle car elle sentait aussi le réveil de Dorme qui allait vouloir bientôt déclarer leur indépendance. Et sans son soutien, elle ne pourrait alors espérer de calmer les ardeurs de ces serpents perfides et avides. Elle prononça une seule phrase à voix haute en pensant justement au Prince de Dorme.


La rose n’a d’épines que pour celui qui veut la cueillir.

Son sourire s’élargissait quand même de plus en plus. Elle s’était tellement ennuyée pendant le règne de Robert que cette nouvelle la divertissait.
La mort du roi allait amener de nouvelles perspectives et opportunités pour sa maison. Et ô combien Olenna aimait jouer. Et il n’y avait pas meilleur jeu que celui du trône de fer.


Elle appela ses gardes :

Il est temps que j’aille voir mon fils. Nous avons beaucoup à parler
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevalier apaspeur



Nombre de messages : 19
Age : 34
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 08/01/2013

MessageSujet: Re: Maison Tyrell   Mar 22 Jan - 17:48

Lady Olenna rendit visite à son fils Mace Tyrell. Elle le vit juché sur son fauteuil en train de savourer une prune. Il avait à ses côtés un couple de musiciens qui entonnait une chanson ancienne la Danse des Dragons. Les deux voix se mariaient à merveille.
Décidément son fils s’était empâté avec l’âge. Au lieu de se préoccuper des conséquences de la mort du roi, il se prélassait tranquillement au soleil de Hautjardin en compagnie d’une troupe de troubadours.
Lady Olenna qui était loin d’être patiente avec son fils vint à son encontre


Regardes toi, mon fils, suzerain du Bief, le défenseur des Marches, tu préfères t’empiffrer de fruits alors que les grandes affaires du royaume nous attendent.
La mort du Roi Robert va laisser un vide. Le royaume va se déchirer. Notre famille doit tirer parti de tout cela. Secoues toi un peu, il nous faut envoyer des corbeaux et prendre des décisions.

Lord Mace Tyrell regarda sa mère, amusé. Il était loin d’être stupide sous ses apparences de seigneur balourd.

Mes chers troubadours, vous avez enchanté mes oreilles. Vous pouvez maintenant disposer.

Il se retrouva seul alors devant Lady Olenna et lui répondit :

Point d’empressement, ma chère mère. La mort du roi Robert me préoccupe tout autant que toi. C’est pourquoi j’ai donné l’ordre de finaliser notre flotte et de préparer nos armées. Nous avons eu aussi des nouvelles des lions qui nous proposent une alliance.

Il donna le message que Lady Olenna parcourut attentivement :

Citation :
Mon très cher Lord Tyrell,

C'est une heure sombre qui s'ouvre pour le royaume. L'imposteur Baratheon a derechef exigé le trône pour lui-même alors même que le royaume essaie de se remettre du deuil du roi Robert. Ses conditions sont inacceptables, envers nous autres seigneurs mais aussi envers le peule de Westeros.

Dans l'éventualité d'une guerre ouverte, je vous propose une alliance pour empêcher aux ennemis de la paix du royaume de se renforcer. Nous pourrons toujours sceller cette alliance par un mariage après ladite guerre, mon petit-fils Joffrey, roi légitime des sept couronnes devra prendre femme après son couronnement, et j'ai entendu dire que votre fille Margaery était d'une beauté éclatante.

En attendant votre réponse,
Lord Tywin Lannister

Lady Olenna sourit et répondit à son fils

Acceptons pour l’instant cette alliance et gardons la secrète. Il va falloir la jouer très fin mon fils. Je n’ai pas non plus envie de voir déferler les armées du frère du Roi dans nos jardins et encore moins ses prêtres rouges qui je suis sûr n’hésiteraient pas à brûler nos belles roses fleuries.
Essayons de connaître les intentions de Stannis. Nous aviserons ensuite.
De même as-tu eu vent d’un éventuel soulèvement aux Iles de la baie du Fer Né ?

Lord Mace Tyrell n’avait eu aucune nouvelle de Pyk même s’il s’en souciait tout autant que sa mère. Une rébellion pouvait affaiblir la famille Lannister et cela n’entrait pas forcément dans leurs intérêts.

Non ma mère, je n’ai aucune nouvelle. En revanche, il se pourrait que Dorme mobilise. Nous pourrions alors prétexter cela comme une provocation et entrer en guerre. Nous couperons ainsi la tête de ces affreux Aspics de sable. Quand la tête d’un serpent est coupé, le reste n’est qu’une corde.

Sa mère partageait son ressenti mais elle connaissait aussi la haine qu’avait son fils envers Dorme depuis que son fils avait été estropié par Oberynn Martell. Elle était pour autant beaucoup plus mesurée que lui.

Mon fils, nous ne pouvons pas entrer en guerre contre Dorme sans connaître les intentions de Stannis Barathéon et sans de certitudes au Nord. Si la seiche écrase les lions, alors nous devrons aider notre allié. Il nous faut envoyer des corbeaux pour établir notre propre stratégie.

Et c’est sur les mots de la Reine des Epines que Lord Mace Tyrell se mit au travail. Sa mère était toujours là… elle veillait en quelque sorte sur la famille et sa sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevalier apaspeur



Nombre de messages : 19
Age : 34
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 08/01/2013

MessageSujet: Re: Maison Tyrell   Jeu 24 Jan - 0:33

Dans la haute tour, Mestre Lomys attendait la venue des corbeaux. Il savait que les nouvelles ne tarderaient pas de toute part et devait alors avertir au plus vite sa seigneurie. Il était tellement plongé dans la lecture d’un ouvrage ancien qu’il ne remarqua pas le corbeau qui tournait dans la pièce. Quand il releva la tête, il croisa son regard mauvais. Ce corbeau n’avait pas l’air docile. Quand il voulut récupérer le message, le corbeau attaqua sa main. Il avait le message entre ses mains mais l’une d’entre elle était ensanglantée

Maudit corbeau, j’espère que tu apportes de bonnes nouvelles !

Mestre Lomys apporta le message alors à Lord Mace Tyrell qui était en compagnie de sa fille Margaery , resplendissante cet après midi là. Des jongleurs divertissaient le père et la fille.

Ma fille, il semblerait que le temps des douceurs et de l’oisiveté soit terminé. Je viens d’avoir des nouvelles de Pyk. Asha Greyjoy nous garantit que son père ne mènera pas d’expéditions sur nos terres. Il n’a aucune envie de croiser ta grand-mère. Tant mieux pour nous. Par contre Balon Greyjoy est en mer, ce qui signifie que les îles de Pyk se soulèvent à nouveau. Il va falloir ainsi redoubler de prudence. Des nouvelles de Peyredragon ?

Mestre Lomys signifia que non. Le silence prolongé de Stannis Barathéon inquiétait Lord Mace Tyrell.

Envoie ce message à Lord Randyll Tarly. Je veux qu’il prépare notre avant-garde et qu’il s’installe au Bief. De même, dit à notre amiral de sortir toute notre flotte et de finir au plus vite la construction des derniers navires. Je veux que nos armées soient prêtes afin de palier toute mauvaise surprise.

Margaery sourit timidement à son père.

Veux-tu que j’use de mes charmes et aille à voir ce nouveau Roi Stannis ? Je pourrais me montrer convaincante auprès de lui. Et qui sait il pourrait abandonner son culte à R’hllor.

Lord Mace Tyrell ne voulait pas prendre une telle décision. Il était dans le doute et avait besoin des conseils avisés de sa mère.

On va attendre. Dis à ton frère de se préparer pour un diner. J’ai besoin de vous tous ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevalier apaspeur



Nombre de messages : 19
Age : 34
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 08/01/2013

MessageSujet: Re: Maison Tyrell   Dim 27 Jan - 16:10

La Reine des Epines présidait la table familiale où tous les membres de la famille étaient réunis. Il y avait une ambiance chaleureuse autour de la table. Tout le monde savait pertinemment que la guerre était proche. Alors tous voulaient profiter de ce festin avant de s’engager vers d’autres horizons. Le banquet commença par un tourteau frais avec un consommé de crabe et crème caillée au citron. Puis vint ensuite les cailles au miel, le chapon rôti accompagné d’une sauce poulette à la truffe noire, un cochon de lait imbibé au vin. Olenna Tyrell n’avait plus trop d’appétit et commença à parler des futurs plans qu’elle avait concocté. Elle s’adressa à tout le monde.

Mes chers enfants, si vous êtes tous réunis autour de cette table c’est que la guerre pour la succession au trône a commencé. Demain et les jours d’après seront décisifs pour notre famille.

Les premiers combats ont été engagé à Vivesaigues. Jaime Lannister a remporté une grande victoire sur les seiches dont les tentacules semblent s’être entortillés dans la mêlée. Ces Greyjoys me fatiguent mais tant que les lions les repoussent, il n’y a rien à craindre de leur côté.

Lady Olenna interpella son petit fils, Loras Tyrell que tout le monde surnommait le chevalier des fleurs.

Avec ton père, nous avons décidé qu’il était temps de faire tes premières armes. Si l’on peut compter sur les lions au niveau terrestre, en revanche on n’a toujours aucune nouvelle de Stannis Barathéon. Tu va tâter la température du cerf et voir si Stannis est un usurpateur. Je veux comprendre pourquoi il ne nous répond pas et qu’est ce qu’il a poussé à s’emparer du trône alors qu’il doit légitimement revenir à Joffrey. Ton entretien avec Stannis sera capital pour la suite des actions que nous mènerons. Tu éviteras tous les sujets fâcheux, notamment celui du culte de R’hllor. En revanche, tu parleras de Dorne et tu tenteras de voir ce que pense Stannis de ces aspics fourbes.

Le chevalier des Fleurs rayonnait à la table de toute sa splendeur. On ressentait chez lui une grande fierté. Lors d’un tournoi, il avait croisé le frère de Stannis avec qui il avait bien sympathisé. Il avait hâte de le retrouver.


Je pourrais en tirer quelques mots aussi avec Renly Barathéon. Je le connais très bien et il pourrait parler à notre faveur. Qui sait, il pourrait influencer même son frère.

Olenna Tyrell, pensive, répondit à son petit fils.

Soit prudent Loras, mais c’est une bonne idée. Cherches tous les appuis possibles que tu pourrais avoir. Notre but est de faire en sorte que Stannis n’entre pas en guerre contre nous mais qu’il prenne les armes plutôt au Sud.
Enfin Margaery, tu viendras avec moi. Nous irons faire un séjour à Port Lannis pour rencontrer Joffrey à qui tu pourrais être promise. Nous n’y attarderons pas car le danger est partout.

Garlan Tyrell avait aussi des envies de voyages mais surtout de batailles et de gloire.

Et Dorne ? Nous n’envoyons aucun émissaire ? Pourquoi perdre notre temps ? On devrait envoyer toutes nos forces au Sud et massacrer ces aspics.

Lady Olenna devait décidément calmer tout le monde quand le sujet de Dorne venait sur la table.

Réfléchis un peu avant de parler. Si tu fais la guerre à Dorne, il te faut des appuis. Or pour l’instant, à part les Lannister, nous n’en avons aucun. Puis il est hors de question d’envoyer quelqu’un là bas.Je ne veux voir aucun de nous s’exposer à une morsure de ces serpents vicieux. S’ils veulent nous parler, ils viendront à nous et nous les accueillerons comme il faut…


Dernière édition par chevalier apaspeur le Dim 27 Jan - 23:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevalier apaspeur



Nombre de messages : 19
Age : 34
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 08/01/2013

MessageSujet: Re: Maison Tyrell   Dim 27 Jan - 17:30

Une jolie jeune fille blonde attendait depuis des heures au vestibule du château de Hautjardin. Elle avait eu le temps d’admirer les jardins si travaillés et colorés du château. Elle avait été impressionnée par la beauté de toutes ces fleurs qui donnait une allure, une prestance à Hautjardin. En revanche, l’accueil laissait à désirer. Elle s’était présentée à un garde en début de matinée qui lui avait lancé un regard noir lorsqu’elle avait dit d’où elle venait. Elle commençait à avoir faim. Midi devait être déjà passé. Mace Tyrell devait être trop occupé aujourd’hui. Et personne n’était venu l’en informer. Elle s’apprêtait à retenter sa chance une autre fois, lorsqu’une vieille dame entra dans la pièce.

C’est donc vous Tyerne Sand, la fille bâtarde de la Vipère Rouge. J’espère que vous avez laissé votre venin à Dorne. Que venez vous faire ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Txingudi

avatar

Nombre de messages : 97
Age : 35
Localisation : Edmonton, Alberta, Canada
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Maison Tyrell   Lun 28 Jan - 2:48



Si Tyerne Sand avait eu du mal à garder son calme durant l'outrageante attente qu'elle avait du endurer -une insulte délibérée sans aucun doute-, elle était loin d'imaginer que la réception allait être bien pire que l'attente.
C'est ainsi que lorsque la vieille dame se présenta à elle avec cette voix si acérée, Tyerne ne put s'empêcher de rester bouche-bée quelques instants.

Les mots "bâtarde" et "venin" résonnèrent un instant dans sa tête, tandis qu'elle remémorait la première et dernière fois où elle avait tenté de se rendre aux terres du Bief, à Hautjardin, avec sa cousine Arianne qui désirait rencontrer son prétendant Willas Tyrell, malgré l'interdiction du prince Doran.
Malheureusement, elles n'avaient parcouru que quelques lieux avant que son propre père, Oberyn, ne les rattrape et les ramène à son oncle.
Elle avait été si triste à l'époque de ne pas pouvoir arriver à Hautjardin.
Et aujourd'hui, elle se demandait si ça n'avait pas été un mal pour un bien, vu la réception réservée aux dorniens.

Tyerne reprit ses esprits, et s'agenouilla face à Olenna Tyrell, puisqu'il ne pouvait s'agir que d'elle, tout en gardant à la main un ouvrage de broderie enroulé sur lui-même qu'elle avait ramené de Lancehélion.


- Ma Dame, mes plus sincères respects. Je suis en effet Tyerne Sand, fille naturelle du prince Oberyn Martell. Je suis venue vous offrir mes services, si humbles soient-ils, car nos vies ne sont que flammes de chandelle et sept enfers attendent les pécheurs qui ne se repentent pas. Ainsi est écrit dans notre livre sacré L'Étoile à sept branches, qui enseigne l'humilité.

Fille de septa, à l'allure chaste, le visage innocent et la voix si douce, Tyerne était capable de faire fondre le plus dur des hommes.

Mais celle qui était en face était la Reine des Epines en personne.

Face au silence et regard perçant de celle-ci, Tyerne se releva maladroitement. Peut-être que le poison qu'elle portait toujours sur elle allait être utile finalement.


- Ma Dame, reprit-elle toujours pleine de douceur mais d'un air plus ferme néanmoins. Mon oncle le Prince Doran Martell m'envoie à Hautjardin afin de vous assurer de vive voix sur la non volonté de mon oncle d'initier un quelconque conflit contre le Domaine du Bief. Il vous envoie une modeste cargaison de Vin de Dorne, à quai actuellement, et vous rappelle que nos deux familles ont tout à gagner en restant en dehors du conflit qui risque d'éclater au nord.

Tyerne déroula alors la broderie qu'elle avait ramené, et la donna à Lady Tyrell, qui reconnut de suite la scène. Deux hommes chevauchant l'un contre l'autre, lances baissées, lors d'un tournoi. L'un portant la Rose Tyrell, l'autre le Soleil Martell.

- Ma Dame, reprit Tyerne. Je me suis permis de vous offrir cette modeste broderie en hommage aux bonnes relations entre votre famille et la mienne. Comme vous pouvez le deviner, la broderie représente le premier tournoi de Sir Willas Tyrell, où il affronta mon père Oberyn Martell. Suite à cet évènement mon père et Sir Willas ont maintenu une relation épistolaire très affectueuse et régulière. Comme je l'espère, l'ensemble de nos familles respectives.

Tyerne dédia alors son sourire le plus innocent à la Reine des Epines. Bien qu'elle n'avait menti en rien, elle avait omis un petit détail: ce jour-là, le brave et galant Willas Tyrell, aîné et héritier de Hautjardin, fut renversé par la Vipère Rouge et écrasé par son propre cheval. Willas l'héritier de Hautjardin. Willas l'infirme après s'être opposé à un Martell.

Le message était passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevalier apaspeur



Nombre de messages : 19
Age : 34
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 08/01/2013

MessageSujet: Re: Maison Tyrell   Sam 2 Fév - 3:15

Lady Olenna scruta cette jeune femme comme si elle tentait de percer son âme. La septa paraissait si innocente, si naive mais au fond d’elle, elle savait que derrière ce sourire et ses bonnes manières, il se cachait une toute autre femme qui pouvait se révéler beaucoup plus dangereuse par la suite.

Pour autant celle-ci avait fait un long chemin et elle méritait qu’on la prenne beaucoup plus en considération. En plus, c’était son propre oncle qui l’envoyait. C’est pourquoi elle s’adoucit légèrement.

Je vous prie de m’excuser si je vous ai paru si brusque. Les douleurs du passé ont fait que nous sommes devenus méfiants envers votre peuple et je ne m’attendais pas non plus à une telle visite. Cela fait bien longtemps que nous n’avons pas accueilli un membre de votre famille mais vous êtes aujourd’hui notre hôte et nous avons le plaisir de vous accueillir dans notre demeure. Vous pourrez ainsi profiter de tous les plaisirs que vous offrira Hautjardin lors de votre séjour ici.

Elle reprit plus piquante.

Pour autant, vous n’avez en aucun cas besoin de ployer genou devant moi. Vous n’avez pas en face de vous une déesse, mais seulement une dame âgée qui connaît aussi bien que vous la valeur de l’humilité. Ne jouons donc pas à la maîtresse et à la servante. Vous êtes une femme et la messagère de votre oncle.

A moins que l’on vous ait envoyé pour jouer les espionnes…

Lady Olenna laissa en suspens cette phrase mais elle avait suffisamment d’expérience pour ne pas non plus brusquer la Septa. Tout en restant impérieuse, elle échangea des politesses avec elle.

Vous remercierez votre oncle pour cette cargaison. Le vin de Dorne est fort réputé et sera apprécié à sa juste valeur lors de futurs banquets que nous donnerons lorsque la paix sera revenue dans le royaume.
Comme votre oncle, nous oeuvrons pour la paix à Westeros. Mais nous ne sommes pas non plus naifs. Il y a aujourd’hui trop d’enjeux et trop de rois qui réclament la succession, suite à la mort de Robert. Il nous semble ainsi très difficile de rester en dehors de ce conflit qui viendra forcément un jour éclater sur nos terres.
Quand à nos intentions, vous pouvez rassurer votre oncle.

La Reine des Epines n’avait pas apprécié la broderie de Tyerne. Elle s’était bien gardée de lui dire. Elle avait qu’une envie, c’était de la fourrer dans la cheminée et la brûler. Elle marqua sa désapprobation de manière beaucoup plus subtile sans que cela puisse être mal interprété par la jeune femme.

Quand à votre cadeau personnel, je ne puis l’accepter. Je ne sais point si Willas entretient toujours une correspondance avec votre père mais le mieux serait que vous lui offrez vous-même en le rencontrant demain. Ainsi vous pourrez voir s’il apprécie cette modeste broderie.
Je vous prie de m’excuser mais j’ai d’autres urgences qui m’attendent. Nous nous reverrons très bientôt.


La Reine des Epines prit ainsi congé mais elle savait très bien qu'elle serait amenée à revoir Tyerne. Elle devait aussi avertir son fils qui pourrait n'avoir qu'une seule envie: étriper la jeune septa. Et elle voulait éviter tout incident diplomatique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevalier apaspeur



Nombre de messages : 19
Age : 34
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 08/01/2013

MessageSujet: Re: Maison Tyrell   Jeu 7 Fév - 21:27

Margaery Tyrell et sa grand-mère avaient enfin rencontré Joffrey. Cette rencontre avait été préparée et organisée minutieusement mais surtout secrètement de longs jours avant, afin d’éviter qu’elle ne s’ébruite vers des oreilles indiscrètes.

Elle s’était déroulée sur les terres au sud de Port Lannis où ils avaient été accueillis par Tywin Lannister en personne. Pendant que Maergaery et Joffrey se promenaient au bord de mer, la Reine des Epines et Tywin Lannister s’entretenaient ensemble. Leur discussion portait bien entendu sur les affaires du royaume et le sujet principal était Stannis Barathéon.

Les yeux verts pailletés d’or de Tywin Lannister fixaient Lady Olenna.


Madame. J’espère que vous avez fait bon voyage. Vous semblez en tout cas en pleine forme.

C’était effectivement le cas. Lady Olenna rayonnait. Malgré son âge avancé, n’importe qui aurait été encore surpris par sa grande vigueur. Passé les politesses, Tywin Lannister reprit :

Nous avons peu de temps devant nous.. Alors allons à l’essentiel. Je vous l’affirme droit dans les yeux, Stannis Barathéon est un traître qui tente de s’emparer du trône de fer alors qu’il sait très bien qu’il n’a aucune légitimité.

Lady Olenna répondit avec fermeté.

Messire, on dit souvent que les yeux ne trompent jamais mais les vôtres sont tellement imperturbables que je ne pourrais déceler ni vérité ni mensonge. Ce matin, j’ai reçu un corbeau de mon enfant Loras.

Elle tendit le message à Tywin qui le lut attentivement.

Citation :


Ma chère grand-mère,

J’ai été très bien accueilli par Renly Barathéon qui a été très chaleureux et prévenant à mon égard. Celui s’est confié à moi et m’a donné de précieuses informations concernant la mort du roi. Il affirme que Robert a été assassiné et il pense que la Reine pourrait être impliquée là dedans. De même, il affirme que Joffrey ne serait pas le fils légitime de Robert mais serait le fruit d’une relation incestueuse entre Cersei Lannister et Jaime. Ces accusations sont lourdes. Par contre, il n’a pu me donner aucune preuve de ses dires. Grand-mère, je ne sais que croire. Renly a l’air tellement sincère.
Enfin je n’ai pas vu le Roi Stannis. A ce que Renly m’a dit, celui-ci serait déjà en campagne et serait prêt à s’emparer de Port-Réal.

Avec tous mes respects,

Ser Loras Tyrell

Tywin n’eut pas une moindre réaction à la fin de la lecture de cette lettre.

Si Stannis avait des preuves, il vous les aurait déjà fourni et les aurait exposé à la vue de tout le royaume. Nous n’allons pas nous justifier devant ces calomnies. Par contre, nous ferons tout pour empêcher cet usurpateur de s’emparer du trône. Comme vous le savez, un Lannister paie toujours ses dettes, en temps de paix ou en temps de guerre. Aidez nous à installer Joffrey sur le trône, et alors nos deux familles deviendront les plus puissantes du royaume.

Les yeux de Lady Olenna brillèrent d’intérêt.

Faire de Margaery une Reine serait déjà pour moi une grande satisfaction et je suis certain que nos deux familles auront beaucoup à gagner si nous nous unissions.

Tout comme vous, nous pensons que Stannis nous ment depuis le départ. On dit de lui qu’il est un homme rigoureux, juste et avec un sens de l’honneur accru. Mais je suis certain que le pouvoir lui a fait tourné la caboche. Pendant des semaines, nous n’avons pas eu de ses nouvelles, ne répondant en aucun cas à nos interrogations. Il était apparemment occupé ailleurs. Il a fallu envoyer Loras pour qu’il daigne s’intéresser à nous. Nous avons pris cela pour un affront et en plus il prêche des faux dieux. Vous connaissez désormais ma pensée au sujet de Stannis mais aussi nos intentions.

Tywin Lannister était un homme intelligent. Il ne ferait pas la même erreur que Stannis. A ne pas s’intéresser à la rose, on s’exposait alors à ses dangereuses épines. Il valait mieux ainsi avoir la Reine des Epines comme amie que comme ennemie. Il n’y avait pas que sa langue qui pouvait piquer.

La journée touchait à sa fin. Le lion et la rose repartirent chacun de leurs côtés.
Le lendemain, Maergaery Tyrell et Lady Olenna étaient toutes les deux, en chemin vers le Bief.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevalier apaspeur



Nombre de messages : 19
Age : 34
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 08/01/2013

MessageSujet: Re: Maison Tyrell   Jeu 7 Fév - 23:23

Sur le camp au Bief

Lady Olenna et Margaery rejoignirent le camp qui avait été installé au Bief. Les douceurs de la cité d’Hautjardin leur manquaient cruellement. Mais la guerre faisait rage dans tout le royaume, excepté à Dorne.
Lady Olenna savait qu’il fallait à tout prix épargner leurs terres des maux de la guerre. Son cœur battait pour installer la paix dans le royaume mais sa tête lui disait que c’était actuellement impossible.


Elle entra avec prestance dans la principale tente du camp où était réuni un conseil de guerre. Sur une carte apparaissaient des figurines ainsi que des bannières où l’on pouvait voir toutes les forces en présence. C’était comme si une partie d’échec était en train de se jouer. Nombre de chevaliers du Bief étaient réunis. Il y avait un homme au centre qui caressait sa fine barbe grise tout en déplaçant les pions sur la carte. Il s’agissait du seigneur de Corcolline, Randyll Tarly. Cet homme qui pouvait paraître taciturne était un très grand stratège. Il avait notamment défait Robert Barathéon à Cendregué.
La Reine des Epines savait qu’il serait précieux pour les prochaines batailles à venir.


Madame, en voilà une surprise, je ne m’attendais pas à votre visite.

Lady Olenna Tyrell ne put s’empêcher de faire un trait d’esprit.

- Messire, j’ai un goût particulier à étonner les hommes. Puis vaut mieux que cela soit moi qui vous surprenne que les lanciers de Dorne ou encore les troupes de Stannis. Vous êtes un fin stratège, lord Tarly, faites nous part de vos pensées.

- Madame, nous avons réunis toute notre cavalerie. Comme vous le voyez sur la carte, nous sommes encerclés par les armées du cerf. Ils se sont installés à la Néra, au bois du Roi et s’apprêtent à s’emparer de Port Lannis.

Nous avons trois possibilités. Soit nous patientons et nous mettons en place une défense sur nos terres comme le fait visiblement le Prince Martell. Nous montrons ainsi notre neutralité dans le conflit qui opposent tous ces rois.
Une autre possibilité serait de faire une percée terrestre vers le Sud. Au vue des forces de Dorne, il sera très difficile d’avancer et nous risquons de nous enliser dans leur désert.
Enfin la dernière serait de déclarer la guerre à Stannis en le prenant à revers à Port Réal. Vous aimez les surprises madame. Il ne s’attendra pas à nous voir chevaucher contre lui. Mais est-ce bien raisonnable madame ?

Tous les regards désormais se tournèrent vers la Reine des Epines. Tous savaient qu’elle avait déjà pris sa décision. Leur patience ne fut pas longtemps mise à rude épreuve.

Messieurs, nous nous rendrons à Port- Réal. Stannis est un imposteur. Il a ignoré la Rose, a bafoué le royaume de ses mensonges. Nous le laisserons pas s’installer sur le trône de fer tant qu’il ne prouvera pas la véracité de ses propos. Nous empêcherons ces prêtres rouges de brûler nos Dieux et leurs fidèles. Nous sauverons les habitants de sa tyrannie et nous vaincrons.

Les chevaliers commencèrent alors un chant de guerre qui résonna avec les tambours dans toute la plaine du Bief.


Qu'importe la ruine,
Brandissez vos armes,
Que tombe la pluie
Sur ces fétus de paille.

Nous vaincrons ensemble,
Unis corps et âmes,
Que vienne la nuit
Sur ce champ de bataille.

En avant mes Frères, levons notre bière,
Nous venons du Bief pour croiser le fer,
En avant mes Frères, nous sommes fait de pierre,
Que trépassent ceux qui fouleront nos terres.

C’est ainsi que débuta la chevauchée vers Port-Réal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevalier apaspeur



Nombre de messages : 19
Age : 34
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 08/01/2013

MessageSujet: Re: Maison Tyrell   Mar 19 Fév - 15:39

La premières bataille de Port-Réal (Tour 2)

Il fallait prendre par surprise Stannis Barathéon si l’on voulait à tout prix préserver le royaume de cet usurpateur. Cette décision avait été mûrement réfléchie au camp du Bief où l’un grand cri de ralliement avait été lancé.
Tous les chevaliers avaient répondu à l’appel et fonçaient désormais sur Port-Réal.

Lady Olenna avait joué un rôle essentiel. Elle avait envoyé un grand nombre de corbeaux, exhortant les seigneurs locaux du bois du Roi de ne point se soumettre au pouvoir de Stannis. Elle avait averti la Maison Buckler, installé au château des Bronzes du danger de Stannis et des prêtres rouges.

La cavalerie de la Rose était arrivée dans la nuit et avait décidé d’attaquer rapidement. Ils avaient constaté que la porte des Dieux et la porte du Lion étaient défendues par une garnison peu nombreuse. L’effet de stupeur fut tellement grande que les capitaines de guet eurent dû mal à s’organiser pour établir une bonne défense.

Si les défenseurs résistaient bien sur la porte des Dieux qui restait imposante même face une marais humaine, en revanche, la porte du Lion ne connut pas le même sort. La porte fut détruite à coup de haches et de béliers. L’avant-garde de Stannis se retrouva submerger alors par l’assaut de centaines de cavaliers qui étaient parvenus à entrer dans les rues de Port-Réal. Les combats étaient acharnés à l’intérieur de la cité et les troupes de la rose avaient dû mal à progresser. La cavalerie du Bief cherchait à tout prix à atteindre le port afin de capturer Stannis et d’empêcher toute retraite possible mais ils avaient été ralenti par des feux allumés peut être en l’honneur de R’hllor. Des habitations brûlaient et les incendies menaçaient de se propager. C’était la panique générale.

Les armées du cerf furent ainsi sauver d’un massacre général grâce aussi à à Ser Axell Florent. Voyant qu’il était impossible de pouvoir conserver Port-Réal, il avait décidé de rapatrier un maximum de troupes. Un grand nombre d’entre elles rembarquait déjà vers Peydragon avec le roi Stannis qui devait bouillir de colère. La rose avait piqué son orgueil et s’attendait désormais à subir sa vengeance.



Dernière édition par chevalier apaspeur le Mar 19 Fév - 15:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevalier apaspeur



Nombre de messages : 19
Age : 34
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 08/01/2013

MessageSujet: Re: Maison Tyrell   Mar 19 Fév - 15:46

La deuxième bataille de Port-Réal (tour 3)

Les armées de la Rose se préparaient à nouveau à une bataille. Port Réal était encerclé par les armées du cerf qui était déployées à la fois à la presqu’île de Claquepince, à la plaine de la Néra mais aussi au Bois du Roi. En plus, il fallait s’attendre également à un soutien maritime, de flottes installées à la baie de la Néra. Depuis la déconfiture de Stannis, Port Réal était assiégé.

Pendant des semaines, la chevalerie du Bief avait mit en place tant bien que mal les défenses de la cité. , Un grand nombre de chevaliers avaient été mobilisés et s’efforçaient à renforcer les murailles de la ville, à réparer les portes qui avaient été détruites. Des pots avaient été rempli de poix, de souffre et d’eau bouillante. Mais le temps leur faisait défaut.


On sentait aussi l’inquiétude chez les habitants de Port-Réal. Heureusement qu’il y avait Margaery qui étaient venue quelques jours après la prise de la capitale. Sa présence rassurait aussi bien les habitants de la ville que les chevaliers du Bief. Elle n’hésitait pas à aller à la rencontre du peuple, leur expliquant qu’Hautjardin était venu en tant que protecteur du Royaume. Elle leur disait que Stannis était un usurpateur et n’avait aucune légitimité pour briguer le trône de fer. Elle n’avait pas eu dû mal à convaincre bien nombre d’habitants car on ne pouvait pas dire que Stannis était un homme populaire surtout depuis qu’il s’était converti au culte de R’hllor.


Elle bénéficiait aussi du soutien du Grand Septon. Le grand septuaire de Baelor avait été saccagé et on soupçonnait des prêtres rouges d’avoir été à l’origine de ce méfait.

L’armée du Bief installée sur les remparts était vigilante. Ils avaient installé un capitaine de guet sur chaque porte où des tours de garde avaient été organisés.

Le frère de Stannis possédait une armée conséquente. Celui-ci débarqua vers la porte de la Gaddoue. Il prit pied facilement grâce au soutien de leur flotte. Il était impossible de garder Port-Réal surtout que la Rose devait faire face aussi à des attaques menées de concert sur les portes du Dragon et la Vieille Porte. Malgré la vaillance des défenseurs, les combats ne furent en aucun cas disputés car les défenseurs étaient submergés à un contre cent. De même, les chevaliers du Bief n’arrivaient à contenir les armées du cerf qui débarquaient en masse vers la porte de la Rivière. Renly avait compris que la faiblesse des défenses de Port-Réal se trouvait ici. Il fallait à tout prix éviter une déroute générale surtout que bien nombre de défenseurs étaient déjà tombés.

Ainsi résonnèrent les trompettes du Bief dans toute la Cité. C’était le signal de la retraite qui avait été préparé des jours avant, au cas il était impossible de défendre la capitale. Les troupes de Renly le comprirent aussi ce qui leur donna une vigueur supplémentaire au combat. Mais celui-ci ne pouvait couper la retraite de la cavalerie du Bief qui avait toujours accès à la porte du Lion.

La grande majorité des chevaliers avait pu regagner le camp au Bief et préparait désormais une contre offensive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevalier apaspeur



Nombre de messages : 19
Age : 34
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 08/01/2013

MessageSujet: Re: Maison Tyrell   Mar 19 Fév - 16:59

Au camp du Bief (tour3)

Le chevalier Loras Tyrell était revenu au Bief, le cœur lourd. Ses sentiments étaient partagés entre ce qu’il éprouvait pour Renly et pour sa famille. Son cœur lui disait qu’il était sincère, que cet homme ne trichait pas. Loras était tellement tiraillé mais en même temps il aurait préféré voir Renly convoiter le trône plus que son frère. Sa grand-mère avait d’autres plans et avait pris la décision d’entrer en guerre contre Stannis.

Le chevalier des Fleurs entra dans la tente où se trouvait le fin tacticien Randyll Tarly qui le salua :

Messire, je vous attendais. Il s’est passé beaucoup d’évènements depuis votre départ au Bois du Roi. Votre sœur a souhaité prendre ses quartiers à Port-Réal. Je lui ai pourtant dit qu’elle ne serait pas forcément en sécurité mais elle n’a rien voulu savoir. Votre sœur est actuellement en danger car la capitale est assiégée de toute part.

Les mots du seigneur de Corcoline avaient touché de plein fouet le chevalier des Fleurs dont le visage vira au blanc.

Je pars sur le champ sauver ma sœur. Je ne laisserais pas Stannis la capturer.

Randyll Tarly savait que Loras était un homme impulsif.

Messire, écoutez moi et n’agissez pas de manière inconsidérée.
Il serait imprudent de rejoindre votre soeur. La bataille de Port-Réal est perdue d’avance. En revanche j’ai préparé un plan de retraite. Notre défense sera l’attaque. Nous allons prendre le Bois du Roi ce qui permettra à nos troupes de regagner le Bief sans être pris à revers.

Loras Tyrell était bouillant de colère.

Et si ma sœur périt lorsque les troupes de Stannis assiègeront la capitale. Je me dois de la protéger.

Randyll Tarly haussa le ton.

- C’est un risque à prendre. Vous voulez en faire qu’à vôtre tête alors partez auprès de votre sœur, allez y et vous mourrez à ses côtés.
- Je n'ai pas d'ordres à recevoir de vous et abstenez vous avec vos leçons de moral.

C’est alors que Mace Tyrell entra à son tour dans sa tente ce qui mit fin à la dispute. Loras Tyrell s’inclina.

- Seigneur Père, je suis heureux de vous revoir mais comment avez-vous pu laisser partir Margaery à Port-Réal.
- Mon fils, il était important que ta sœur se présente devant les habitants de Port-Réal. Ce sera bientôt, elle la future reine du Royaume. Une Reine doit montrer à quel point elle tient à ses sujets.
- Mais mon père...

Lord Mace Tyrell lui coupa la parole.

- Lord Randyll Tarly a raison. Nous sauverons ta sœur du cerf et c’est pourquoi tu vas partir au Bois du Roi avec un contingent de chevaliers. La décision ne t’appartient plus.
- Très bien père, j’espère que vous avez raison tous les deux.

Loras savait très bien qu’il ne servait à rien de contester les décisions de son père mais son cœur brûlait d’une colère noire.

Ainsi Loras partit vers le bois du roi avec à ses côtés une colonne de lanciers



Dernière édition par chevalier apaspeur le Jeu 21 Fév - 1:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevalier apaspeur



Nombre de messages : 19
Age : 34
Localisation : bordeaux
Date d'inscription : 08/01/2013

MessageSujet: Re: Maison Tyrell   Jeu 21 Fév - 0:05

La bataille du Bois du Roi (tour 3)

Arrivé à lisière, Loras Tyrell et sa cohorte de chevaliers virent une forêt illuminée d’une étrange lueur. Une magie puissante semblait envelopper le bois du Roi. Etait-ce du forfait de la sorcière rouge ? Le chevalier des fleurs en avait l’intime conviction et savait que des soldats de Stannis s’y cachaient à l’intérieur.

Les cavaliers s’enfoncèrent au cœur de la forêt pour tenter de déloger la prêtresse rouge et ses sbires. Plus ils progressaient, plus une odeur pestilentielle flottait autour d’eux. C’est alors qu’ils firent une macabre découverte… ils tombèrent sur des bûchers mortuaires qui avaient étaient laissés en l’honneur de R’hllor. Loras Tyrell sentait planer la menace comme si les arbres pouvaient eux-même les tuer. Il s’adressa à certains de ces hommes :

Partez en éclaireur et voyez où sont cachés les cerfs.

Une vingtaine d’hommes du Bief progressaient dans le Bois du Roi et firent une halte à la rivière Wend pour abreuver leurs chevaux. C’est alors qu’un carreau jaillit d’un fourré pour atterrir en pleine gorge de l’un d’entre eux. Un deuxième se logea sur l’une des montures qui se cabra et désarçonna le cavalier. Les hommes de Stannis sortirent du bois en hurlant et fonçaient tout droit sur les éclaireurs. L’un des cavaliers put faire sonner sa trompette. C’était le signal pour informer de la position de l’ennemi.


La cavalerie conduite par Loras Tyrell ne tardèrent pas arriver et déferlèrent à l’amont de la rivière sur les hommes de Stannis en train de se battre. Ceux-ci furent vite submerger en nombre et ne purent résister à la rage du Chevalier des Fleur qui découpait les hommes de Stannis, les uns après les autres. Sa longue épée dégoulinant du sang des ennemis, brillait au soleil. Cette bataille fut la première grande victoire de Loras mais une ombre fuyante planerait toujours au Bois du Roi, celle de la sorcière de Stannis : Mélissandre d’Ashai…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maison Tyrell   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maison Tyrell
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maison Tyrell
» Règles de la 2eme édition - ADWD
» Liste des ouvertures de la Maison Tyrell
» Cartes de la maison Tyrell
» Maison dans le jeu de cartes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Trone de Fer Online :: AAR, les parties "RP" :: AAR 3519-
Sauter vers: